Notre projet s’appelle Mécanique de la chambre intérieure. Cette chambre est quelque part en nous. C’est un espace intime. L’endroit où on se souvient et où on imagine.

On s’y raconte le monde, on démonte et reconstruit des réalités, pour donner un sens à ce qu’on perçoit. On y associe un son avec une image, des mots avec une vision, une mélodie et une couleur.

Dans le cerveau humain, les mêmes connexions se chargent de la mémoire et de l’imagination. Lorsqu’on se souvient d’une expérience, d’un événement, ce sont les mêmes circuits qui traitent les informations.

La chambre intérieure est la chambre du rêve éveillé. Nous y jouons avec ce que nous avons vu, entendu, senti, pensé, nous déconstruisons nos souvenirs pour les organiser d’une autre façon. C’est ainsi que nous fabriquons des histoires. Nous n’inventons rien : tout est en perpétuelle transformation. La chambre intérieure est le laboratoire d’un alchimiste. Dans notre projet, nous cherchons comment rêver ensemble, mettre en lien nos imaginaires et nos mémoires, pour construire une mécanique commune.